05/4-05/5 (D.285-316) New-Zealand #1 (South Island)

itinéraire NZ 1 (South).jpg

carte détaillée / detailed map =
https://drive.google.com/open?id=1iDZwJN3BQWc0MtBntBa0hQY-jlY&usp

1 - drapeau France (For English, please scroll below)

  • Jours 286-289 (mardi 05/4 à vendredi 08/4)
    Jours de pause à Christchurch (14+24+10+11 km)

Après 3h10 de vol, nous atterrissons un peu tard vers 1h du matin à l’aéroport de Christchurch. Nous n’avons pas l’impression qu’il est si tard parce que nous venons de passer 2 fuseaux horaires, à Sydney, il ne serait que 23h…20160405_030645_pano
Il nous faut un certain temps pour récupérer nos 3 cartons des colis du point de retraits des colis de grandes dimensions. Ensuite, nous passons par les différents contrôles. Je suis surpris que le douanier ne nous demande pas nos réservations de vols retours ou de justifier de fonds suffisants, comme je l’ai lu sur différents sites internet, certains d’entre eux étant même officiels.
Ensuite, nous passons un contrôle avec un chien renifleur qui tourne autour de nos cartons. Et comme nous déclarons que nous avons une tente de camping, elle doit être vérifiée dans un laboratoire pour vérifier qu’elle ne contient pas d’insecte ou toute menace pour l’environnement NZ! Nous savions déjà que de tels contrôles existaient, mais quand nous sommes arrivés en Australie, qui est aussi assez stricte, ils n’avaient pas fait autant de zèle!

Nous pouvons enfin sortir de tous les contrôles à 2h du matin. Il est un peu tard pour aller chez nos hôtes, nous décidons donc de rester et dormir autant que possible dans le terminal. Nous ne sommes pas les seuls, beaucoup de gens dorment sur le sol. Mais ce n’est pas très confortable et le personnel nous demande à 4h30 de migrer vers le terminal principal lorsqu’il rouvre à nouveau. Là d’autres membres du personnel réveillent ceux qui s’endorment car c’est soi-disant interdit. Pas très cohérent…

A 9h, je me réveille en n’ayant pas dormi beaucoup. Sanaz non plus. Je vais devant l’aérogare où il y a une zone d’assemblage de vélos. Il fait vraiment froid. La température est beaucoup plus faible qu’en Australie.

Il me faut 1 heure pour assembler les deux vélos (portes-bagages, roues et pneus, guidons, lumières, gardes-boue, pédales, etc…) Nous pédalons vers le centre-ville, où habite notre hôte, Kieran. Sur notre chemin, nous sommes arrêtés et discutons avec Gary, un habitant qui est lui-même un cyclotouriste. Pendant 15 minutes, il nous donne quelques conseils sur notre itinéraire, que je n’ai pas encore exactement planifié. Il nous donne aussi son numéro de téléphone et propose de venir chez lui pour récupérer un excellent guide de vélo sur l’île du Sud (Pedallers Paradise).

20160406_095746
Brian and his new tattoo!

Nous nous dirigeons vers notre hôte qui n’est pas encore chez lui. Nous sommes accueillis par 2 autres cyclistes qui séjournent chez lui: Brian, des États-Unis et Linda, de Suisse.
Nous allons au supermarché local et cuisinons notre repas. Après cela, nous sommes tellement épuisés que nous dormirons pas moins de 15 heures! La nuit blanche à l’aéroport et le décalage horaire ont sûrement contribué à un tel besoin de sommeil.

Le mercredi, nous nous réveillons et nous sentons à nouveau en forme pour visiter et… célébrer, car c’est mon anniversaire!
Nous visitons la ville à vélo, nous-mêmes. C’est vraiment intéressant de voir comment ils reconstruisent, encore aujourd’hui, après les 2 grands tremblements de terre qui ont dévasté en 2010 et 2011.

Le soir, nous sommes invités à nous joindre à notre hôte et aux autres cyclistes pour un repas dans un restaurant afghan. La nourriture me rappelle les plats que je pouvais trouver en Iran et sur la route de la Soie.

J’apporte un gâteau d’anniversaire, mais je ne suis pas autorisé à ouvrir la bouteille de vin que je voulais partager, le restaurant n’acceptant pas l’alcool.

Le jeudi, nous devons déménager. J’avais demandé à notre hôte à rester 2 nuits et comme il est très actif, il a d’autres cyclistes qui arrivent. Nous pouvons rester avec Gary et son épouse Beate. Ils sont de très gentils hôtes.

Beate a pris un an de congé alors elle a du temps pour elle-même. Elle nous invite à partager une randonnée le long d’un beau sentier à Taylors Mistake, à 20 km de Christchurch.
Les beaux paysages me rappellent par exemple la Normandie.

Le soir, nous cuisinons un dîner iranien et une tarte aux pommes.
De quoi ravir Beate dont c’est l’anniversaire!20160408_201559

  • Jour 290 (samedi 09/4)
    Christchurch -> Hororata (voiture 70 km)

    Hororata -> Staveley (45 km)

Après 4 jours dans la deuxième plus grande ville de Nouvelle-Zélande, nous partons vers le sud de l’île du Sud.
Un petit tremblement de terre s’est produit pendant la nuit. Je dormais assez profondément pour ne rien sentir du tout, mais Sanaz l’a senti!
Nos hôtes sont si gentils qu’ils nous rapprochent en voiture, de 70 km jusqu’à Hororata. Tout d’abord sur l’autoroute 1, la route très fréquentée traversant l’ensemble du pays. Ensuite, sur des routes de campagne rectilignes jusqu’au croisement avec la route 77/72.

Nous commençons à pédaler à 13 heures.
Beau temps. Ensoleillé, un peu froid. Léger vent arrière N-E!
Le paysage est agréable aussi. Nous pédalons le long des montagnes, sur notre droite. Certaines d’entre elles ont des domaines skiables, comme le mont Hutt ou le mont Olympe!
Nous voyons tant de moutons. Merinos!
Même certains élevages de cerfs.
La difficulté est les gorges de Rakaia.
Nous profitons de la descente, mais après les gorges, nous devons grimper> 150m sur 3 km. Avec des sections d’inclinaison 10%.
C’est la Nouvelle Zélande!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

À 17 heures, nous arrivons chez nos hôtes dans un très petit «village» de 120 habitants.
Clare et Brad nous accueillent. Nicole, une cycliste allemande remontant vers le Nord, est déjà là.
Nous sommes autorisés à partager sa chambre au lieu de camper à l’extérieur. A de bonnes nouvelles! Il est temps de prendre le dîner ensemble et et penser aux prochains jours dans le Canterbury.20160409_193940

  • Jour 291 (dimanche 10/4)
    Staveley -> Geraldine (64 km)

Nous nous réveillons et faisons des paperasses de visa, encore une fois…
Nicole, notre camarade de chambre allemande part plus tôt. Elle doit rouler vers le Nord et a une journée de 100 km. Avec de nombreuses collines. Courageux!
Avant de partir, nous pouvons nourrir les moutons de nos hôtes!
Puis nous nous dirigeons vers Geraldine, pas le nom de notre prochain hôte, mais d’une ville!
Initialement appelée Talbot Forest, Geraldine a été rebaptisée FitzGerald en 1857 d’après le premier surintendant de Canterbury, l’Irlandais James Edward FitzGerald. Le nom a finalement été changé en Geraldine, qui était le nom de famille des Fitzgeralds en Irlande.
Nous avons de la chance avec la météo, une fois de plus. Ciel bleu, soleil brillant et très léger vent arrière de N-E!
Nous nous arrêtons au café du coin pour acheter un déjeuner. surtout des tartes à l’agneau, délicieuses.
Au bout de 15 km, nous faisons un pique-nique sur l’herbe si verte!
C’est si calme. Quand aucune voiture ne passe, il y a un silence étonnant autour de nous.
Puis nous continuons, la route est légèrement en descente.
Dans Geraldine, nous choisissons de séjourner dans un motel où nous parvenons à négocier un rabais substantiel!
Notre appartement est entièrement équipé donc nous pouvons préparer le dîner et petit-déj!

  • Jour 292 (lundi 11/4)
    Geraldine -> Middle Valley (36 km)
    Middle Valley -> Tekapo (camionnette 55 km)

Nous quittons Geraldine, en direction de Tekapo, à environ 90 km de distance. Avec quelques20160411_114015_pano montées. Le temps est brièvement ensoleillé le matin, mais quelques nuages gris couvrent le ciel avant que nous partions vers 10h.
Dans Geraldine je gonfle mes deux pneus à la station-service. Peut-être un peu trop pour le pneu arrière…
La région est très rurale. De nombreux champs et pâturages avec des troupeaux, de moutons ou de vaches. Nous avons quelques collines à gravir. Sanaz se désespère, mais lutte.
Après une pause casse-croûte au sommet de la plus haute colline, mon pneu arrière est un peu dégonflé. Je le regonfle et me lance pour la descente. Je le vérifie à nouveau une fois en bas, il doit être réparé.
Nous pouvons repartir 30mins plus tard et déjeuner à une aire de repos avant une autre montée.
Plus tard, mon pneu est à nouveau à plat. Nous réparons à nouveau. Et une troisième crevaison se produit de nouveau.

Ayant perdu beaucoup de temps nous sommes d’accord pour nous arrêter à Fairlie, à seulement 10km mais 55 de Tekapo. Alors que je commence à réparer, nous sommes rejoints par un cyclotouriste kiwi, Darnell. Il propose de l’aide, mais nous pouvons réparer seuls. Nous échangeons nos numéros de téléphone comme nous pourrions pédaler à nouveau ensemble.
Juste après qu’il parte, une camionnette s’arrête et nous propose aussi de nous aider. Ils ont juste assez de place pour prendre, nous et nos vélos.
Ainsi, ils peuvent nous emmener  jusqu’à… Tekapo, sur leur route vers Queenstown où la jeune fille allemande qui conduit (sportivement) doit faire un saut en parachue, le lendemain. Son ami anglais Will, comme elle en visa vacances-travail, voyage avec elle en Nouvelle-Zélande pendant quelques semaines.

Le temps devient alors vraiment mauvais après Fairlie. Pluie, grêle, fort vent …
Pareil à Tekapo où nous arrivons à la nuit tombée.
L’auberge de jeunesse où nous voulions rester est assez petite avec seulement 8 chambres. C’est complet!
Tout ce que nous pouvons faire est de monter notre tente dans le jardin, à côté d’une demi-douzaine d’autres tentes. Nous réussissons à le faire dans l’obscurité et sous la pluie.
Nous sommes alors complètement trempés et avons vraiment froid.
Il est temps de prendre une douche chaude et profiter du feu à l’intérieur dans le salon!

  • Jour 293 (mardi 12/4)
    Jour de pause à Tekapo (11 km)

La nuit il a continué à pleuvoir et le vent à souffler, mais ça a cessé et nous nous réveillons avec le beau temps. Nous découvrons une belle vue sur le lac Tekapo. L’auberge de jeunesse est toujours complète, donc nous allons dans un autre qui a des places libres. Avant ça, je répare la crevaison en face du lac!

Lorsque nous entrons dans notre dortoir, nous rencontrons Darnell qui dort sur un lit superposé. Il vient juste d’arriver de Fairlie!20160412_141003_panoDans l’après-midi, nous allons à vélo le long du lac. Nous voyons beaucoup de champignons et de petits lapins, appréciant cet endroit calme, l’un des (nombreux) lieux, où ils ont filmé le Seigneur des Anneaux. Le Mont Cook semble se cacher derrière quelques nuages (malgré son nom Aoraki en maori signifiant perce nuages!). Nous regardons le coucher du soleil et rentrons.

  • Jour 294 (mercredi 13/4)
    Tekapo -> Twizel (58 km)

Nous pédalons aujourd’hui avec Darnell, le cycliste kiwi nous avons rencontré il y a 2 jours sur la route, avant Fairlie et qui a logé dans la même auberge à Tekapo.20160413_102252Nous suivons la piste « Alps 2 Ocean« , le plus long itinéraire cycliste ininterrompu en Nouvelle-Zélande (300 km et 2000 pieds vers de dénivelé du village du Mt Cook jusqu’à Oamaru, sur l’océan Pacifique!).
Le temps est parfait: ciel bleu clair, brillant soleil et absolument pas de vent!
Nous roulons le long du canal Tekapo, une piste très plate. Parfois, nous sommes ralentis par certaines sections en gravier. Il n’y a absolument pas de voitures. Des portails les empêchent de rouler le long du canal de 25,5km, construit en 1970.
Les arbres sont merveilleux. C’est maintenant l’automne. Les feuilles ont des nuances de jaune, orange ou rouge.
Après 26 km, nous voyons une ferme de saumons. Certains pêcheurs «paresseux» tentent de pêcher les évadés de la ferme!
Quelques kilomètres plus tard, nous profitons d’une belle descente  de -130m de dénivelé vers la centrale hydraulique Tekapo B, construite en 1977.


En bas, nous rencontrons Kristina de Portland, Orégon et discutons avec elle.20160413_135158Nous pédalons alors le long des rives du lac Pukaki. L’arrière plan est merveilleux avec les Alpes et un peu de neige au-dessus d’eux, comme sur le mont Cook, point culminant de NZ (3754m).
Nous déjeunons sur un parking calme.
Quelques kilomètres plus tard, nous roulons 10 km à travers les plaines de Pukaki, d’abord une forêt de pins, puis une sorte de brousse.
Enfin, nous arrivons à Twizel et prenons une chambre dans un Lodge où nous avions réservé 2 lits en dortoir. Dieu merci, car c’est alors complet. Beaucoup de touristes allemands sont en visite. Certains Français aussi… Darnell a continué sa route quelques kilomètres plus loin, nous ne le reverrons plus.

Ça a été une belle journée de vélo.
La NZ est vraiment étonnante jusqu’à aujourd’hui!
Les paysages, les gens, etc…

  • Jour 295 (jeudi 14/4)
    Twizel -> Lake Ohau -> Omarama (67 km)

Nous quittons l’hostel à 10h30 pour une autre journée de vélo sous le soleil.
Nous allons continuer à suivre la piste cyclable « Alps 2 Ocean » vers Omarama.
La première section est assez facile et nous mène au lac Ohau, un lac plus petit relié au lac Pukaki par des canaux hydrauliques Pukaki & Ohau.
La deuxième section comprend une montée qui ne motive pas Sanaz.
Après 30 minutes et 6km sur la peu fréquentée Glen Lyon Road et un faible dénivelé (+ 50m) nous arrivons au canal Ohau au lac de pêche Loch Cameron.
Nous avons contourné le mont Ostler (591m). Et nous faisons face à la pyramide.
30 minutes plus tard, nous passons une autre ferme de saumon. Les saumons alpins sont censés être parmi les meilleurs.

Nous rencontrons un groupe de 5 autres cyclistes avant 12h.
Ils n’ont presque pas de bagages sur leur VTT, les tricheurs!
Après 18 km, nous arrivons au lac Ohau. Juste au pied l’impressionnante montagne Ben Ohau (1522m)
Un agréable sentier de galets d’environ 10km longe la rive du lac. Une balade agréable, mis à part le fort vent transversal de Nord qui crée même des vagues à la surface du lac.
Le vent devient vent de face donc nous décidons d’abandonner le reste de la piste et d’aller à Omarama par la route.
Nous atteignons la route SH8 à 15 heures.
Avant cela, nous avons trouvé un endroit pour déjeuner, à l’abri du vent, dans un creux.
À 16 heures, nous arrivons à Omarama, la Mecque du planeur. Grâce aux… vents et bien sûr au beau paysage tout autour de ce hameau de 230 habitants.
Nous faisons quelques achats à la boutique touristique locale et prenons une chambre dans un hostel vers 17 heures.

  • Jour 296 (vendredi 15/4)
    Omarama -> Cromwell (116 km)

Premières ascensions « sérieuses » en NZ!
+1359m de dénivelé positif ce jour. +965m pour le col du “Lindis Pass”.
Vitesse maxi 73 km/h!

  • Jour 297 (samedi 16/4)
    Cromwell -> Queenstown (67 km)

Nous quittons notre motel vers 11h.
Avant de quitter la ville, nous visitons le quartier du patrimoine. C’est un quartier de la ville de 16 vieux bâtiments en bois, tels que des maisons traditionnelles, des magasins (boulangerie, bureau de télégraphe, boucherie, magasin de grains), des corps de ferme (grange, étable). Certains sont juste pour la visite et autres accueillent des ateliers d’artistes ou des boutiques de souvenirs.

Après midi, nous quittons Cromwell sur la route SH6. Ça commence assez plat les 5 premiers kilomètres.
Puis, après 12h30, nous entrons dans le clou de la journée: les Gorges de Kawarau. Ce sont de spectaculaires gorges encaissées et étroites.

Si vous avez regardé Le Seigneur des Anneaux, vous la connaissez peut-être comme la rivière Anduin, que la Communauté de l’Anneau pagaye en aval pour être accueillis par les deux statues géantes de chaque côté sur la rivière. Nous ne voyons pas ces statues puisqu’elles ont été ajoutées en postproduction!
Nous roulons le long de la rivière Kawarau pendant 21km et 3 heures avant d’atteindre Gibbston dans la Vallée des Vignes.
1 heure plus tard, nous nous arrêtons un peu dans une fromagerie. Un peu plus loin, nous regardons les gens qui sautent d’un pont du premier centre de saut à l’élastique de A.J. Hackett.
Là, Sanaz se fait emmener et je continue seul jusqu’à Queenstown. Je reste sur la route principale et passe par le lac Hayes jusqu’à ce que j’entre dans Frankton, la première ville sur le lac Wakatipu. De là, j’apprécie de pédaler encore 7 km sur une piste cyclable le long du lac jusqu’à l’extrémité opposée de la ville, où nous avons trouvé une chambre pour rester à l’auberge de jeunesse du front de lac.

Nous allons y rester 2 jours. Un repos bien mérité après avoir pédalé en Nouvelle-Zélande déjà 465 km en 1 semaine!

  • Jour 298-299 (dimanche & lundi 17&18/4)
    Jours de pause à Queenstown (0 km)

Le dimanche nous montons en télécabine au belvédère pour admirer le panorama sur le lac et les montagnes, dont les « Remarquables ». Nous en profitons pour nous amuser à faire un peu de luge sur le circuit construit sur les pentes de la montagne!

20160417_164327_pano20160417_181843_panoLe lundi matin nous participons à un Free Tour de la « vraie » ville avec notre guide Mark, un trentenaire qui a créé la visite. Je ne soupçonnais pas que l’histoire de la ville fut aussi riche.
Nous pouvons apprendre des choses sur les Maori de la région, les premiers colons, l’exploitation minière et le tourisme, les bâtiments et les monuments historiques, mais aussi sur la géologie, la faune et la flore et des légendes locales. Nous rions beaucoup sur celle de la forme du lac (comme un géant assis) et l’emplacement de Queenstown. La visite comprend également des dégustations et nous terminons autour d’un repas dans une brasserie.

L’après-midi nous profitons du beau temps pour aller faire du canoë sur le lac. Nous choisissons le bras de Frankton où nous pagayons pendant 1 bonne heure. Puis, sur la route de l’auberge nous roulons dans les Queenstown Gardens, un joli jardin botanique.

  • Jour 300 (mardi 19/4)
    Queenstown -> Wanaka (81 km)

Le temps semble bon ce matin pour mon 300ème jour du voyage!
Nous quittons la belle Queenstown, le point le plus au sud de ce voyage. Après 2 jours de repos ici.
Pour une autre ville et un autre lac: Wanaka.
La route passe par la chaîne montagneuse Crown Range des Alpes du Sud.
C’est assez difficile avec un dénivelé d’environ + 1000m! Enfin, Sanaz devrait y arriver facilement … Elle a réservé un bus!
D’ailleurs elle me dépasse dans l’ascension, à bord de son bus. Elle demande même au chauffeur de s’arrêter après m’avoir dépassé et m’avoir vu. Elle m’invite à monter à bord mais malgré la difficulté, je m’accroche et la retrouverai plus tard!

Avant cela, j’ai traversé la rivière Shotover. À Arthurs Point, j’ai passé un pont très haut sur la gorge. En remontant la rivière, vous pourriez atteindre Skippers Canyon, un autre endroit célèbre du film Le Seigneur des Anneaux. Certains jet boats naviguent sur cette rivière à partir de là.
J’ai aussi roulé à travers Arrowtown, une ville historique de chercheurs d’or de 2’000 habitants.

20160419_180858_pano

  • Jour 301 (mercredi 20/4)
    Wanaka -> Makarora (68 km)

Nous quittons Wanaka, en roulant à travers la réserve du Mt Iron, un parc calme sans aucun véhicule. Vers 13 heures, nous passons devant le camping d’Albert Town. Il n’y a pas de contrôle, juste une boîte pour payer. Certains rangers sont censés venir et vérifier si les campeurs paient vraiment, sinon ils risquent une amende. Un système qu’on n’a jamais vu auparavant!

Après une côte difficile, à 14h30 nous croisons Jason, un sympathique cyclotouriste du Nebraska, avec qui nous avons une brève discussion au bord de la route.

20160420_141847
Jason, from Nebraska

Ensuite, la route est plate jusqu’à Hawea. De là, nous pédalons 21 kilomètres le long du lac Hawea. C’est beau, vallonné près de la rive, jusqu’à un passage étroit appelé « The Neck » (alt. 405m) que nous atteignons vers 17h20.
Après que la route revienne le long du lac Wanaka avec une belle descente de 5 km vers Camp Creek. Quelques belles chutes d’eau peuvent être vues sur notre droite.
Ensuite, la route s’approche de l’extrémité Nord du lac. Il fait sombre. Nous arrivons peu après 19h30 chez notre hôte, Robert, qui est un jeune employé du (DOC = Département de Conservation, mélange de Conservatoire et Ministère de l’environnement en NZ). Il a déjà préparé le dîner et a gardé un peu de sa délicieuse soupe pour nous.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

  • Jour 302 (jeudi 21/4)
    Makarora -> Haast (83 km)

Nous nous réveillons tôt avant que notre hôte parte travailler vers 8h.
On peut voir un avion qui décolle de la piste en face de sa maison. C’est un petit avion qui prend quelques touristes qui veulent profiter de vols panoramiques sur les Alpes du Sud. En effet la météo du jour est agréable; ça doit être un bon jour pour ça!
Nous prenons notre temps pour prendre le petit déjeuner et remballer puis nous partons après 10h. Nous roulons sur la SH6 direction le Nord. La route traverse une forêt de hêtres et serpente légèrement à travers des plaines: Millionaire Flat, Sawmill Flat et Rainy Flat.
Alors que nous roulons, le pick-up de Robert nous croise après 11h. Il s’arrête et nous avons une dernière discussion avant de nous dire au-revoir.

La grande vallée de la rivière Makarora -à notre gauche- devient plus étroite. Quand la route commence à monter à travers la forêt Sanaz tente de faire de l’autostop. Elle est rapidement sauvée par un camping-car passant par là. C’est une famille américaine, Teresa, Mike et leur jeune fils Nico. Ils ont un porte-vélos à l’arrière, c’est donc facile pour eux de la prendre! Elle va passer le reste de la journée avec eux.20160421_112453Randonner aux proches Blue Pools par exemple.
Je continue seul. Le paysage est absolument magnifique.
Je traverse les Cameron Flat et Davis Flat avant que ça ne monte régulièrement raide pendant 3,5 km avec le dernier km encore plus raide jusqu’au col de Haast (alt=563m). C’est le col le plus bas depuis/vers la West Coast à travers les Alpes du Sud.
Il est 12h38 quand je suis officiellement dans la région de la West Coast, après avoir laissé la région Otago derrière moi.
Le signe indique qu’il reste 63 km jusqu’à ce que la ville de Haast.
Je roule et m’arrête parfois pour voir les différentes cascades:
– les chutes Fantail vers 13h30. Ces chutes ont produit l’énergie pour les compresseurs qui ont servi à construire la route dans les années 1930!
– les chutes de Thunder Creek à 14h15; 96m de hauteur!
Après ça j’arrive à Pleasant Flats. Au loin, au fond de la vallée, je peux voir le sommet du mont Cook, enneigé. C’est extraordinaire! Je roule maintenant le long de la rivière Haast.
Je vais voir les chutes Roaring Billy à 16h30.
En dehors de ces grandes chutes d’eau, il y en a beaucoup de plus petites juste à côté de la route, sur les fougères!
De nombreux petits ponts passent au-dessus des criques sur le chemin. Il y a très peu de trafic. Cet endroit est si éloigné. Les touristes sont presque les seuls à conduire ici!
J’arrive à Haast après l’obscurité, à 18h30, après avoir pédalé 83 km. Sanaz prenait une bière avec ses nouveaux amis! Elle me montre quelques photos qu’elle a pris dans la journée!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

  • Jour 303 (vendredi 22/4)
    Haast -> Franz Josef (camping car 144 km)

Aujourd’hui, nous sommes invités à voyager avec Teresa, Mike et leur jeune fils Nico à bord de leur camping-car. Cela nous aidera à aller plus vite et visiter un Glacier avec eux. De plus, ils sont vraiment sympas et Sanaz s’amuse avec Nico qui l’a acceptée dans son club secret!
Nous partons juste avant 12h30 lorsque Mike, un cycliste passionné qui voyage avec son vélo de route, revient d’un tour à vélo de 100km vers Jackson Bay.

20160422_121108
Mike, coming back from his cycling tour

Nous voyageons dans l’étroit corridor de la côte Ouest, la mer à l’Ouest, les montagnes juste en toile de fond à l’Est. Nous passons par des jungles denses, en passant des plaines, des lacs sombres calmes, des fermes isolées et de petits hameaux. Parfois, nous revenons juste le long de la côte avec les paysages marins. Nous nous arrêtons à une baie, Bruce Bay après avoir roulé 1 heure, autour de 13h30.
C’est une plage tranquille et longue de sable brun avec beaucoup de morceaux de bois. Les touristes ont créé un tas de galets blancs, nous y contribuons!
On aperçoit même nager un dauphin près de la rive.

Avant 15 heures, nous arrivons à Fox Glacier où nous marcherons jusqu’à la fin du sentier, pour observer le Glacier, nommé depuis 1872 en l’honneur du Premier Ministre de la Nouvelle-Zélande de l’époque. C’est magnifique, malgré le brouillard.
Il y a une plate-forme d’observation avec des barrières de sécurité et de nombreux panneaux rappelant qu’il est interdit de les traverser. En effet, certains touristes ont été tués par la glace dans le passé…

Nous arrivons à Franz Josef Village, près de l’autre célèbre glacier de la région vers 17h30.
Nous laissons nos compagnons de voyage du jour, qui nous ont déposé devant l’auberge de jeunesse. C’était amusant de passer la journée avec eux!

  • Jour 304 (samedi 23/4)
    Jour de pause à Franz Josef (0 km)

De fortes averses continuent de tomber dans la matinée et finissent enfin après midi.
L’auberge est complète, donc nous traversons la rue et prenons une chambre dans une autre, juste en face de la notre!

Nous nous reposons pendant cette journée et allons visiter le Wildlife Center West Coast. C’est un tour rapide autonome en intérieur avec quelques informations sur les oiseaux kiwi dans un premier temps, nous pouvons alors entrer dans une pièce sombre où l’on peut voir 2 Rowis, plus rare kiwis du monde, avec seulement 450 encore vivants! Ils sont généralement actifs pendant la nuit ce qui explique l’obscurité. C’est étonnant d’être si près de ces animaux si rares.
Ceux que nous voyons sont jeunes et seront libérés dans la nature, dans quelques mois, quand ils seront moins susceptibles d’être capturés par des prédateurs tels que les hermines, les chats, les chiens, les furets, mais surtout des opossums, considérés comme espèce nuisible en Nouvelle-Zélande, bien que protégée en Australie.

  • Jour 305 (dimanche 24/4)
    Franz Josef -> Hari Hari (66 km)

Après une courte séance de sauna, loisir souvent offert dans les hostels du coin, nous partons après 10 heures mais perdons du temps alors que mon compteur ne fonctionne plus et ma béquille casse, un mauvais départ!
Le temps est vraiment agréable, le soleil brille sur les montagnes enneigées derrière nous.
Les premiers 32 km sont en pente douce jusqu’à Whataroa quand la route passe les lacs Mapourika et Wahapo. Puis 2 kms de petites collines à travers la réserve Whataroa et certaines plaines avant le Mont Hercules, la principale colline entre Franz Josef et Greymouth, notre objectif pour le lendemain. Étroite et sinueuse, ça monte de 185m pendant 4 kilomètres. Cette partie est tout à fait.

Après cet effort, nous finissons tranquillement avec une descente de 3 km et arrivons à Hari Hari juste avant 17h et avant que la pluie ne tombe à nouveau, bon timing!

  • Jour 306 (lundi 25/4)
    Hari Hari
    -> Hokitika (77 km)

Aujourd’hui cela fait exactement 10 mois que j’ai commencé mon voyage. C’est aussi un jour spécial ici en Nouvelle-Zélande comme c’est le jour de l’ANZAC, célébrant le jour où les corps d’armée australienne et néo-zélandaise se sont engagé dans la 1ère Guerre Mondiale et surtout une journée en mémoire de tous ceux qui ne sont jamais revenus et se sont sacrifiés en Europe… Ce conflit a été le 1er qui a impliqué les deux armées australiennes et NZ. Et les pertes furent assez élevées, surtout sur la bataille des Dardanelles contre les Ottomans.
Après avoir acheté des tartes et des gâteaux à l’épicerie de Hari Hari, nous partons avant 11h en direction du Nord. Sur l’autoroute SH6.
Nous allons traverser de nombreuses rivières, coulant des Alpes vers l’océan : les rivières Wanganui, Waitaha, Kakapotahi et Mikonui. Presque chacune d’elles a sa réserve naturelle.
En effet, nous roulons à travers une belle région de pleine nature, principalement de la forêt tropicale.
Nous avons la chance que le vent soit de dos. Il semble que ce soit le vent dominant comme nous le voyons aux nombreux arbres qui sont tombés dans cette direction. Ou certains qui sont encore debout, mais avec des branches très inclinées!
Nous faisons une pause casse-croûte sur l’aire de repos du lac Ianthe, après 17km.
Un joli petit lac de pêche au saumon et à la truite. Avec le poisson nocif rotengle, Aucune idée de ce que c’est exactement, mais il semble terrible les panneaux que nous pouvons lire à ce sujet!
Juste après ce lac, les choses sérieuses commencent. La principale difficulté de la journée, une ascension assez difficile + de 110m et un peu plus sur les 10km qui suivent.
À Pukekura, à 13 heures, après 25km et avoir assez grimpé, nous déjeunons. Juste en face d’un joli lodge où les propriétaires nous permettraient même d’utiliser la cuisine.
Je sympathise avec certains animaux, une chèvre et un chien…
Après le déjeuner, la route est plus en descente. Nous croisons même un cyclotouriste, qui ni ne s’arrête, ni même ne salue. Un comportement qui est toujours décevant pour moi.
Après 15 heures, nous sortons de la forêt et arrivons sur du plat près de la mer de Tasman.
Quelques kilomètres plus tard, après 46 km nous atteignons la ville de chercheurs d’or de Ross. Là nous avons une pause.
Ensuite, nous continuons pour les derniers kilomètres.

Juste avant le lac Mahinapua nous ressentons quelques gouttes de pluie venant de la mer. Nous pédalons à plus de 20km/h en moyenne grâce à la route plate et un fort vent arrière.
A 17h40, juste avant le coucher de soleil, nous entrons dans la ville de Hokitika, lieu de naissance de « pounamu », plus connu comme diorite ou jade. En dehors du jade, on peut également y trouver de l’or. La ruée vers l’or à partir de 1864 a conduit à une explosion de la population de 300 à 30’000!

Après quelques courses, nous sommes accueillis par notre hôte Kevin. Nous partageons un dîner qu’il a préparé et des biscuits ANZAC que Sanaz a faits. Le meilleur jour pour ces biscuits!

  • Jour 307 (mardi 26/4)
    Jour de pause à Hokitika (7 km)

Le ciel est dégagé puis gris, encore et encore aujourd’hui. La pluie a cessé plus ou moins. Une bonne occasion, après quelques courses en ville, pour faire du kayak. Notre hôte Kevin propose de nous conduire au lac Kaniere, à environ 15 km au Sud-Est de la ville et je peux emprunter son kayak monoplace et l’utiliser pendant 1 heure. Je suis le seul sur le lac, c’est très paisible. Pendant ce temps, Kevin va faire un petit tour à vélo et Sanaz se repose dans la voiture!

Kevin est quelqu’un d’intéressant et généreux. Il aime partager ses connaissances, comme sur l’industrie laitière pour laquelle il a travaillé au cours de sa carrière ou du sauvetage de randonneurs perdus, activité qu’il pratique aussi.

  • Jour 308 (mercredi 27/4)
    Hokitika
    -> Greymouth (48 km)

Aujourd’hui est encore une étape plutôt courte et cela devrait être très plat, donc nous quittons Hokitika seulement après 13 heures et roulons vers le nord sur la route principale, toujours la SH6, la dénommée « Grande Route de la Côte » (Great Coast Road).
20160427_13400130 minutes après le départ, nous sommes surpris par une voiture de police qui s’arrête devant nous. Je me demande pourquoi et je pense que ça pourrait être pour nous… En effet, lorsque nous arrivons à la voiture, l’officier de police sort de son véhicule et nous demande de nous arrêter. Il vient vers moi et demande pourquoi j’ai une branche à l’arrière de mon vélo. Je lui dis que c’est par sécurité, pour m’assurer que les voitures respectent une distance minimale en me dépassant. Il dit que c’est dangereux et prend quelque chose pour mesurer puis me demande de ne pas la porter comme je le fais! Nous avons une dispute puisque je ne vois pas comment un simple vélo pourrait représenter un danger pour une voiture! Apparemment, il veut vraiment m’/nous embêter et me demande mon passeport, que je dois lui donner. Il note mon identité et me le rend, puis nous laisse. Je suis vraiment énervé qu’un policier n’ait rien de mieux à faire que d’ennuyer les cyclotouristes!
Nous continuons malgré tout.
Nous traversons le pont de la rivière Taramakau après 15 heures. C’est le dernier pont mixte rail-route restant dans l’île du Sud. Nous faisons attention à ne pas tomber à cause des rails comme nous l’avons vu dans une vidéo de cyclistes à qui c’est arrivé!
A mi-chemin, après Kumara Junction, nous pouvons quitter la route principale et suivre le West Coast Wilderness Trail, une toute nouvelle piste, inaugurée en Novembre 2013.

Nous entrons dans Greymouth, la plus grande ville de la côte ouest, par son port, à l’embouchure de la rivière Grey, d’où le nom de la ville.
Nous nous dirigeons vers la grande brasserie locale: Montheith’s. Nous arrivons juste avant qu’une visite commence, donc nous pouvons nous joindre à un petit groupe. C’est intéressant, surtout pour Sanaz qui n’a jamais fait de telle visite! Nous apprécions une dégustation à la fin de la visite!

Ensuite, nous allons faire quelques courses et arrivons chez notre hôte, Duncan, qui vit dans une maison sur les hauteurs de la ville. Belle vue de ses fenêtres, mais une montée très difficile pour y accéder! Impossible de pédaler avec nos machines à chargées!
Dans la soirée, nous cuisinons un dîner et partageons un peu avec lui, en particulier sur l’ AUDAX, une pratique cycliste d’endurance dont il est adepte, en particulier sur des vélos couchés, dont il en possède plusieurs!

  • Jour 309 (jeudi 28/4)
    Greymouth -> Punakaiki (57 km)

A part quelques côtes en quittant Greymouth les 12 premiers km sont assez faciles, jusqu’à atteindre à nouveau la côte à Rapahoe, vers 12h30. La vue sur la mer de Tasman est spectaculaire à partir de là. Et elle le restera jusqu’à Punakaiki.
Nous sommes presque au milieu de nulle part comme semble le dire un panneau indiquant « Aucune station de carburant sur 90 km »!
Nous suivons la « Great Coast Road« , l’une des 10 meilleures routes côtières du monde selon Lonely Planet. Elle nous fait longer le parc national de Paparoa.
Nous devons rouler d’assez longues montées et descentes sur 14 kilomètres lorsque la route évite quelques falaises. Nous déjeunons au milieu de ces difficultés à 13h30 sur une aire de pique-nique calme.

Après une dernière crique, la route va à l’intérieur des terres et redevient facile.. Nous roulons encore 20km et arrivons à Punakaiki à 16 heures. Nous devons encore rouler 30 minutes jusqu’à la fin de la localité où se trouve l’auberge de jeunesse, un ensemble de bungalows presque isolés dans la jungle!
Après avoir déposé nos affaires dans notre dortoir, nous retournons à vélo pour aller voir les Pancake Rocks, une ancienne formation de calcaire de 30 millions de l’année avec d’impressionnants geysers maritimes verticaux où rentre la mer à marée haute. Malheureusement, nous avons manqué la marée haute qui était au début de l’après-midi. Sanaz peut aller les voir le lendemain, mais la marée ne sera pas assez forte pour faire quelque chose de fort.

La nuit est tombée, donc sur le chemin du retour nous nous arrêtons aussi à la caverne, une grande grotte où l’on peut voir des lucioles!

  • Jour 310 (vendredi 29/4)
    Punakaiki ->Westport (57 km)

Le matin, nous nous promenons sur la Truman Track. C’est un sentier facile et court à travers la forêt sub-tropicale. Nous trouvons beaucoup d’arbres indigènes de la NZ, dont des rata, matai, rimu et palmiers nikau. Des oiseaux natifs (des tui, des méliphages carillonneurs, des kereru et des weka) peuvent être entendus et nous voyons même un weka!
Après quelques minutes dans la forêt, le sentier ressort à l’air libre, avec de denses massifs de Phornium tenax (flax) et nous arrivons à la plage de Truman, un bout de littoral à couper le souffle. Les vagues ont façonné la roche et créé quelque chose de vraiment pittoresque.

L’après-midi, je pédale seul, encore une fois.
La route ondule tranquillement le long de la côte pour les premiers 15km, à part une forte montée de 2 km et une descente identique de 2 km pour traverser les falaises de Perpendiculaire Point, juste après Punakaiki. Ces falaises sont vraiment impressionnantes.
À Hatters Bay, 1 heure après être parti, je peux voir que cette région abrite le plus petit pingouin du monde, le pingouin bleu. Il y a beaucoup de panneaux avertissant à ce sujet ou des clôtures installées le long de la route pour les empêcher d’être écrasés par les voitures, mais je ne peux pas en voir car ils viennent principalement au crépuscule ou à l’aube.
Avant 15 heures, je passe par le petit hameau de Charleston, autrefois aussi une ville minière d’or prospère.

La route serpente la plupart du temps à partir de là jusqu’à Westport, hormis Costello Hill.
J’arrive à Westport, la deuxième plus grande ville de la Côte Ouest, après 16 heures.
J’arrive à notre auberge où Sanaz a déjà fait le check-in.

  • Jour 311 (samedi 30/4)
    Jour de pause à Westport (77 km)

Le matin nous retrouvons Bruce dans son 4×4 devant notre hostel. Ce sera notre guide et nous partons avec lui pour une descente en rafting sur la rivière Buller, classée niveau 3 ou 4, en fonction des chutes de pluie.
Il a accepté de venir nous chercher comme nous n’avons aucun moyen de transport pour nous rendre au lieu de RDV habituel, un pont métallique avec un parking.
Au bout de 40 minutes en voiture, nous y arrivons à 10h et rencontrons les 4 autres coéquipiers qui nous accompagnent sur le rafting. Ce sont Matthias d’Allemagne, un jeune couple allemand et une jeune fille américaine.
Après s’être habillé en combinaisons étanches et en écoutant les consignes de sécurité, nous pouvons aller sur la rivière à 10h45.
Pour environ 2 heures de plaisir dans les « rapides du tremblement de terre », en raison du tremblement de terre majeur de 1929 qui a causé des milliers de glissements de terrain, certains d’entre eux créant des rochers qui ont bloqué la rivière.
À un moment, nous pouvons nous jeter à l’eau dans le rapide «de baignade». Mais nous ne le faisons qu’une fois parce que l’eau est vraiment froide! Sinon, nous pouvons profiter d’environ 10 rapides, certains d’entre eux secouant vraiment le bateau et nous mouillant totalement!
Nous apprécions tous cette expérience, malgré avoir été attaqué par plein plein de phlébotomes (sand flies), une vraie plaie dans l’île du Sud et surtout cette région!
Nous partageons des biscuits et une tasse de thé ou de café après et rentrons à Westport avec Bruce.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

D20160430_173738ans l’après-midi, nous voulons aller à la colonie de phoques à Cap Fouldwind.
C’est cependant à 17 kilomètres de la ville et nous ne voulons pas y aller puis revenir à vélo. Nous décidons d’essayer d’y aller en auto-stop. Ça fonctionne avec un peu de chance puisque Laureen et John nous emmènent et vont visiter avec nous avant qu’une tempête ne commence. Laureen est assez aimable pour nous reconduire jusqu’à notre auberge.

  • Jour 312 (dimanche 01/5)
    Westport
    -> Murchison (77 km)

Le temps est vraiment pourri en ce dimanche.
Je roule seul, les étapes du jour et du lendemain étant assez difficiles et longues.
Sur la route je croise le 4×4 de Bruce, notre guide de rafting de la veille. Nous nous saluons d’un geste!
La route longe la rivière.

Une fois la nuit tombée, j’arrive chez mon hôte, Bob, qui prend un bain dans sa baignoire, dans le jardin!
Il a construit sa maison tout seul au milieu de nulle-part, c’est assez surréaliste, mais sympa! Nous partageons nos aventures autour de pâtes qu’il a cuisinées.

20160501_192606
My host Bob, cooking dinner
  • Jour 313 (lundi 02/5)
    Murchison
    -> Nelson (149 km)

Je me lève tôt et prends mon temps, en attendant que la pluie cesse, avec bon espoir.
Elle devient plus légère vers 10h quand je pars.
Après 1 km je passe le swing bridge (petit pont suspendu piétonnier) sur la rivière. La route continue à serpenter dans les méandres de la rivière Buller.
Après 17km, à midi, j’arrive à Murchison, une autre ville née au siècle dernier de la conquête de l’or. Des rappels de ce passé peuvent être trouvés dans son architecture coloniale.
Comme est le restaurant où je m’arrête pour acheter un sandwich.
Je roule sous la pluie et fait une pause déjeuner après 14h30 à la Owen River Tavern, avant une autre ascension.
La route continue à être de plus en plus raide. C’est encore plus difficile que la veille! Je dois grimper jusqu’au sommet de la principale difficulté, la Hope Saddle (alt=634m).
Je passe après 17h30. Le panneau indique 50km jusqu’à Nelson …
La route descend ensuite sur plusieurs kilomètres jusqu’à la prochaine difficulté, la Spooner Saddle (alt= 462m).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

J’avais entendu parlé d’un tunnel récemment ouvert avec une piste cyclable pour l’éviter mais n’ai pas pu le trouver.20160502_214415
Je continue à pédaler dans l’obscurité et je rentre dans Wakefield, la première ville de l’agglomération de Nelson.
A partir de là, la route est plate et droite.
Sur une piste cyclable à quelques kilomètres avant d’arriver à Nelson j’ai une dernière crevaison à 21h30! Je perds 30 minutes à réparer. Un cycliste local s’arrête et m’aide gentiment avec sa lumière. J’arrive à l’auberge de jeunesse de Nelson après 22h00, et 149 km et un peu épuisé!

  • Jours 314-315 (mardi & mercredi 03&04/5)
    Jour de pause à Nelson (0 km)

Nous voulions aller au superbe parc national d’Abel Tasman mais la météo n’est pas bonne.
Dommage, nous ne pourrons pas faire de kayak dans l’eau translucide et au milieu des otaries, ni nous balader dans la jungle et sur les plages de sable fin.
Nous restons donc à Nelson que nous visitons. La ville a beaucoup à offrir, une rue de maisons d’époque par exemple ou la superbe cathédrale anglicane. Le jardin botanique est également magnifique avec un petit jardin chinois!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

  • Jour 316 (jeudi 05/5)
    Nelson -> Picton (113 km)

J’ai monté un pneu Schwalbe Marathon Plus tout neuf sur ma roue arrière pour remplacer mon Schwalbe Marathon Mondial qui m’a permis de pédaler 13’000 km de France jusqu’à Nelson en Nouvelle-Zélande. Pas mal, même si je m’attendais à ce qu’il dure jusqu’à la fin de mon voyage à Auckland.
Enfin, j’espère que je ne vais pas avoir de crevaison pour mon dernier jour de vélo sur l’île du Sud de Nelson jusqu’à Picton.
Plus de 100 km et (encore) beaucoup de montées.
La météo aujourd’hui ne paraît pas contribuer à améliorer le record d’ensoleillement local! « Le ciel devrait s’éclaircir en fin de la matinée», dit la radio… Attendons de voir!

Dans un premier temps, la route pour sortir de Nelson est essentiellement plate, le long de la baie de Tasman sur 9 km et à 3 km à l’intérieur des terres. Je grimpe la « Gentle Annie » (alt=90m), 1 km de long, à 13 heures, 1ère colline de la journée.
La Happy Valley est indiquée sur ma gauche, mais je continue à rouler tout droit vers la Whangamoa Saddle, une colline beaucoup plus élevée. La route raide et sinueuse va à travers les montagnes et la forêt.
J’arrive au sommet (alt=357m) après 14h et 25km.
La route descend puis monte à nouveau vers la Rai Saddle. J’arrive au sommet (alt=247m) à 14h30 après 43km après avoir lutté sur les 2 derniers kilomètres qui sont très raides!
La partie la plus difficile est terminée, la route va descente et être plate pendant un certain temps, les 27prochains km.
Je fais une pause casse-croute dans le village de Rai avant 16heures. Puis, je roule dans la paisible vallée de la Rai.
J’arrive à Havelock avant 17h30. C’est la «capitale mondiale des moules vertes», dit le panneau de bienvenue! Certains magasins sont décorés avec des moules vertes géantes, c’est assez drôle!
Je choisis de rouler sur la route panoramique le long de la côte et le long du Queen Charlotte Sound pour aller jusqu’à Picton.
Une autre colline est la Cullen Point (alt=102m), juste après Havelock.
Un belvédère offre une vue magnifique sur la rivière Pelorus et le village de pêcheurs.
Je continue à faire du vélo pour les derniers 30km, la plupart dans l’obscurité. La route va tout droit à travers Linkwater, entre 2 bras de mer, puis devient assez étroite et sinueuse, le long de la côte du Queen Charlotte Sound les derniers 15km. Une dernière montée (alt=144m) et j’arrive à notre Backpackers à Picton tard dans la soirée, mais pas trop tard pour goûter le crumble de pommes que l’auberge offre à ses clients!
Après le dîner, nous avons une surprise: Matthias qui a fait du rafting avec nous quelques jours plus tôt vient d’arriver et dort dans le même dortoir que nous!

LA SUITE DU VOYAGE C’EST ICI


GB

  • Days 286-289 (Tuesday 4.05 – Friday 4.08)
    Days off in Christchurch (14+24+10+11 km)

After 3h10 of flight, we land a bit late around 1am in Christchurch Airport. We don’t feel like it is that late as we just passed 2 time zones, in Sydney it would only be 11pm…
It takes us some time to get our 3 boxes from the oversize luggage. Then, we go through the different controls. I am surprised that the customs officer doesn’t ask us about our flights out of NZ or evidence of sufficient funds, as I read on different websites, some of them even official.
Then we undergo an inspection with a dog, sniffing the boxes. And as we declare that we carry a camping tent, it has to be checked in a laboratory to find out if it doesn’t contain bugs or any threat for the NZ environment! We already knew that such things can be controlled but when we arrived in Australia, they didn’t do such an investigation! We can at last get out of all the controls at 2am. It is a bit late to go to our hosts, so we decide to stay and sleep as much as we can in the terminal. We are not the only ones, many people sleep on the floor. But it isn’t very comfortable and the staff asks us to move around 4.30am, when the main terminal opens again. There other staff wakes up those who fall asleep because it is allegedly forbidden. Not very coherent…

At 9am I wake up after not sleeping much. Sanaz not either. I go in front of the terminal where there is a bicycle assembly area. It is really cold. The temperature is much lower than in Australia.
It takes me 1 hour to assemble both bicycles (racks, wheels and tires, handlebars, lights, mudguards, pedals, etc…) We cycle to the city center, where our host, Kieran, lives. On our way we stop and have a chat with Gary, a local who is himself a cycle tourist. During 15 minutes he gives us some advice about our route, which I haven’t yet planned exactly. He also gives us his phone number and offers to come to his place to get a great cycling guide about the South Island (Pedallers Paradise).

We head to our host who is not home yet. We are welcomed by 2 other cyclists who are staying at his place as well: Brian from US and Linda from Switzerland.
We go to the local supermarket and cook our lunch. After that, we are so exhausted that we will sleep not less than 15 hours! The sleepless night at airport and the time difference for sure contributed to such a need.

On the Wednesday, we wake up and feel fit again to visit and… celebrate, as it is my birthday!
We visit the city by bicycle, on our own. It is really interesting to see how they rebuild it, still now, after the 2 major earthquakes that devastated it in 2010 and 2011.
In the evening, we are invited to join our host and the other cyclists for a meal in an Afghan restaurant. The food reminds me of the dishes I could find in Iran and on the Silk Road.
I bring the birthday cake but I am not allowed to open the bottle of wine that I wanted to share, the restaurant accepting no alcohol.

On Thursday, we have to move out. I requested to stay 2 nights with our host and as he is quite active he has other cyclists passing by. We can stay with Gary and his wife Beate. They are very kind hosts.
Beate took a year off from work so she has time for herself. She invites us to hike along a lovely trail at Taylors Mistake, 20 km from Christchurch.
Beautiful landscapes reminding me of Normandy for example.
In the evening we cook an Iranian dinner and an apple pie.
Something to delight Beate whose birthday it is!

  • Day 290 (Saturday 4.09)
    Christchurch -> Hororata (voiture 70 km)

    Hororata -> Staveley (45 km)

After 4 days in the second biggest city of NZ, we depart towards the South of the South Island.
A little earthquake happened during the night. I slept tight enough to feel nothing at all but Sanaz felt it!
Our hosts are so nice that they give us a lift. 70 km until Hororata. First on Highway 1, the busy road going across the whole country. Then on some straight countryside roads until the junction with Road 77/72.
We start pedaling at 1pm.
Weather is nice. Sunny, a bit cool. Slight N-E tailwind!
The landscape is nice too. On our right, we cycle along the mountains. Some of them have ski facilities, like Mount Hutt or Mount Olympus!
We see so many sheep. Merinos!
Even some deer farms.
The hard part is the Rakaia Gorge.
We enjoy the downhill but after the Gorge we have to climb >150m over 3 km. With steep sections of 10% slope.
That’s New-Zealand!
At 5pm we make it to our hosts in a very small « village » of 120 inhabitants.
Clare and Brad welcome us. Nicole, a fellow German cyclist going back North, is already there.
We are allowed to share her bedroom instead of camping outside. A good news!
Time to have a good dinner together and think about the next days in Canterbury…

  • Day 291 (Sunday 4.10)
    Staveley -> Geraldine (64 km)

We wake up and do some visa stuff, again…
Nicole, our German roommate leaves earlier. She is cycling North and has a 100 km day. With many hills. Courageous!
Before we leave, we can feed the sheep of our hosts!
And then head towards Geraldine, not the name of our next host but of a town!
Originally called Talbot Forest, Geraldine was renamed FitzGerald in 1857 after the first superintendent of Canterbury, the Irishman James Edward FitzGerald. The name was finally changed to Geraldine, which was the FitzGeralds’ family name in Ireland.
We are lucky with weather, once again. Blue sky, bright sun and very slight N-E tailwind!
We stop at the local café to buy some lunch. Lamb pies mostly, delicious.
After 15 km we have a nick-pick on the so green grass!
It is so quiet. When no car passes by, there is an amazing silence around us.
Then we continue, the road is just slightly downhill.
In Geraldine, we choose to stay at a motel where we manage to negotiate a substantial discount!
Our unit is fully equipped so we can cook dinner and breakie!

  • Day 292 (Monday 4.11)
    Geraldine -> Middle Valley (36 km)
    Middle Valley -> Tekapo (van 55 km)

We leave Geraldine, aiming for Tekapo, about 90 km cycling distance. With some uphills.
The weather is briefly sunny in the morning but some grey clouds cover the sky before we leave around 10am.
In Geraldine I inflate both of my tires at the petrol station. Maybe a bit too much for the rear tire…
The region is very rural. Many fields and paddocks with cattle, sheep or cows.
We have a few hills to climb.
Sanaz gets despaired but struggles.
After a snack break on top of the highest hill, my rear tire is a bit deflated.
I inflate it and go for the downhill. I check it again once down, it has to be repaired.
We can leave 30mins later and have lunch at a rest area before another climb.
Later my tire is flat again.
We repair it again. And a 3rd puncture happens again.
Having lost so much time we agree to aim for Fairlie, just another 10km but 55 km from Tekapo.
As I start to repair, we are joined by a fellow local cycle tourist, Darnell.
He offers some help but we can fix it alone. We exchange our phone numbers as we might cycle together again.
Just after he leaves a van stops and offers us help. They have just enough space to take us and our bikes.
So they can give us a lift until… Tekapo, on their way to Queenstown where the German girl who drives (energetically) has to do skydiving the next day. Her English friend Will, also on working-holiday visa, is travelling with her in NZ for some weeks.
The weather gets then really bad after Fairlie. Rain, hail, strong wind…
Same in Tekapo where we arrive after dark.
The YHA where we wanted to stay is quite small with just 8 rooms. Fully booked!
All we can do is set our tent in the garden, alongside half a dozen of other tents. We manage to do that in the darkness and under the rain.
We are then fully wet and feel so cold.
Time to have a warm shower and enjoy the fire inside in the lounge!

  • Day 293 (Tuesday 4.12)
    Day off in Tekapo (11 km)

The night kept being rainy and windy but it stopped and we wake up with good weather. We discover a beautiful view over the Tekapo Lake. The youth hostel is still fully booked so we move out to another one which has vacancies. Before doing so I repair the puncture in front of the lake!
When we move into our dorm we meet Darnell who is sleeping on a bunk bed. He just arrived from Fairlie!
In the afternoon, we go cycling along the lakeshore. We see plenty of mushrooms and little rabbits, enjoying this quiet place, one of the (many) locations, where they filmed Lord of the Rings. The Mount Cook seems to be hidden behind some clouds (despite its name Aoraki in Māori meaning cloud piercer!). We watch the sun set and come back.

  • Day 294 (Wednesday 4.13)
    Tekapo -> Twizel (58 km)

We are cycling today with Darnell, the kiwi cyclist we have met 2 days ago on the road, before Fairlie and who stayed at the same hostel in Tekapo.
We are following the « Alps 2 Ocean » trail, the longest continuous ride in NZ (300 km & 2000 feet down from Mt Cook village until Oamaru, on the Pacific ocean!).
The weather is perfect: clear blue sky, shining sun and absolutely no wind!
We ride along the Tekapo canal, a very flat ride. Sometimes we are slowed down by some gravel sections. There are absolutely no cars. Gates prevent them to drive along the 25,5km long canal, built in 1970.
The trees are wonderful. It’s autumn now. The leaves have shades of yellow, orange or red.
After 26km we see a salmon farm. Some « lazy » fishermen try to fish the escapees of the farm!
A few km later we enjoy a nice -130m downhill at the Tekapo B hydraulic power station, built in 1977.
At the bottom we come across Kristina, une cyclotouriste from Portland, Oregon and have a chat with her.
We are then cycling along the shore of Lake Pukaki. The background is wonderful with the Alps and some snow at the top of them, like on Mount Cook, the highest point of NZ (3754m).
We have lunch at a quiet parking.
A few km later we have to cycle 10km across the Pukaki flats, which is at first some pines forest, then some sort of bush.
And in the end we arrive in Twizel and check in at a Lodge where we had booked 2 beds in a dorm.Thanks God, as it is then fully booked. A lot of German tourists are visiting. Some French too… Darnell has continued further, we won’t see him anymore.

It’s been a great cycling day.
NZ is really amazing so far!
Landscapes, people, etc…

  • Day 295 (Thursday 4.14)
    Twizel -> Lake Ohau -> Omarama (67 km)

We leave the backpackers at 10.30am for yet another sunny cycling day.
We will keep following the Alps 2 Ocean cycling trail towards Omarama.
First section is fairly easy and leads us to Lake Ohau, a smaller lake connected to Lake Pukaki by hydro canals Pukaki & Ohau.
Second section includes a climb which doesn’t motivate Sanaz.
After 30minutes and 6km on the not busy Glen Lyon Road and an easy gradient (+50m) we reach Ohau canal at Loch Cameron fishing lake.
We have cycled around Mount Ostler (591m). And we face the Pyramid.
Another 30 minutes later we pass another Salmon farm. Alpine salmons are supposed to be some of the best.
We meet a group of 5 other cyclists around 12pm before the oldest of the 3 local hydraulic power stations, Ohau A, built in 1971.
They have almost no luggage on their MTBs, cheaters!
After 18km we make it to Lake Ohau. Just under the impressive Ben Ohau (1522m)
A smooth shingle track of about 10km goes along the shore of the lake. A pleasant ride, except the heavy North side wind that even creates waves on the lake surface.
The wind becomes headwind so we decide to skip the rest of the trail and go to Omarama on the road.
We reach the highway SH8 at 3pm.
Meanwhile we found a place to have lunch, protected from the wind, in a hollow.
At 4pm we arrive at Omarama, the Mecca of gliding. Thanks to the… winds and of course the beautiful scenery all around this 230 inhabitants township.
We shop at the local tourist shop and check-in at the backpackers around 5pm.

  • Day 296 (Friday 4.15)
    Omarama -> Cromwell (116 km)

First « serious » NZ climbs !
+1359m daily uphill. +971m Lindis Pass.
Max speed 73 km/h !

  • Day 297 (Saturday 4.16)
    Cromwell -> Queenstown (67 km)

We leave our motel around 11am.
Before leaving the city, we visit the Heritage Precinct. It is a district of the city of 16 old wooden buildings, such as traditional cottages, stores (bakery, telegraph office, butchery, grain store), farm buildings (barn, stable). Some are just for visit and other host artist workshops or souvenir shops.
After noon, we depart Cromwell on the State Highway SH6. It begins quite flat for the 5 first kilometers.
Then after 12.30pm we enter the highlight of the day: the Kawarau Gorge. It is a spectacular narrow steep-sided gorge.
If you have watched Lord Of The Rings, you might know it as the Anduin River, that the Fellowship of the Ring paddled down to be greeted by the two giant statues on either side on the river. We don’t see those statues as they were added in postproduction!
We cycle along the Kawarau river during 21km and 3 hours before reaching Gibbston in the Valley of Vines.
1 hour later, we stop a bit at a cheesery. A bit further we watch people jumping from the original A.J. Hackett Kawarau bungy jumping centre.
From there, Sanaz gets a lift and I keep cycling alone until Queenstown. I stay on the main road and pass by Lake Hayes until I enter Frankton, the first city on Lake Wakatipu. From there, I enjoy cycling another 7km on a cycling path along the lakeshore until the opposite end of the city, where we found a room to stay at the Lakefront YHA.
We will stay there a couple of days. A well deserved rest after already cycling 465 km in NZ within 1 week!

  • Days 298-299 (Sunday & Monday 4.17&18)
    Days off in Queenstown (0 km)

On Sunday we go up by cable car to the lookout to admire the view of the lake and the mountains, including the « Remarkables ». We take this opportunity to have fun with some sledding on the circuit built on the slopes of the mountain!

On Monday morning we join a free walking tour of the “real” city with our guide Mark, a 30 years old who created the tour. I didn’t expect that the history of the city could be that rich.
We can hear about the local Maori, the early settlers, mining and tourism industry, historical buildings and landmarks but also geology, fauna and flora and some local legends. We laugh a lot about the one about the shape of the lake (like a sitting giant) and the location of Queenstown. The tour also includes some tastings and we finish around a meal at a brewery.

In the afternoon we enjoy the good weather to go canoeing on the lake. We choose the Frankton arm where we paddle for 1 hour until 5pm. Then, on the way back to our hostel we cycle through the Queenstown Gardens, a nice botanical garden.

  • Day 300 (Tuesday 4.19)
    Queenstown -> Wanaka (81 km)

The weather looks good this morning for my 300th day of the trip!
We will leave beautiful Queenstown, the most southern point of this trip. After 2 days off here.
For another city and another lake: Wanaka.
The road goes through the Crown Range of the Southern Alps.
It’s quite challenging with about +1000m! Well, Sanaz should do it easily… She booked a bus!
Besides, she overtakes me in the ascent on board of her bus. She even asks the driver to stop after overtaking me and seeing me. She invites me to come on board but despite the difficulty, I hang on and will meet her later!

Before that, I cycled past the Shotover River. At Arthurs Point, I passed a high bridge over the Gorge. Going up the river, you could reach Skippers Canyon, another famous location of the movie “Lord Of The Rings”. Some jet boats operate on this river from there.
I also cycled through Arrowtown, an historic gold mining town of 2’000 inhabitants.

  • Day 301 (Wednesday 4.20)
    Wanaka -> Makarora (68 km)

We leave Wanaka, cycling through the Mt Iron Scenic reserve a quiet park without any vehicle. Around 1pm we pass by Albert Town campground. There is no control, just a box to pay. Some rangers are supposed to come and check if campers really pay, otherwise they risk a fine. A system that we never saw before!
After a tough ascent, at 2.30pm we cycle past Jason, a friendly cycle tourist from Nebraska, with whom we have a quick chat beside the road.
Then the road is flat until Hawea. From there we cycle 21km along Hawea Lake. It is beautiful, undulating near the shore, until a narrow pass called “The Neck” (alt. 405m) that we reach around 5.20pm.
After that the road returns to Lake Wanaka with a lovely 5km gradual downhill to Camp Creek. Some nice waterfalls can be seen on our right.
Then the road rolls near the head of the Lake. It is dark. We make it short after 7.30pm to our host, Robert, who is a young Department Of Conservation worker. He already prepared dinner and kept some delicious soup for us.

  • Day 302 (Thursday 4.21)
    Makarora -> Haast (83 km)

We wake up early before our host starts working around 8am.
We can see a plane taking off from the runway opposite his house. It is a small plane taking some tourists who want to enjoy Southern Alps scenic flights. Indeed today’s weather is nice; it must be a good day for it!
We take our time to have breakfast and pack and leave after 10am.
We cycle on the SH6 towards North. The road goes through some beech forest and gentle undulations over river flats: Millionaire Flat, Sawmill Flat and Rainy Flat.
As we cycle, the pick-up of Robert passes by after 11am. He stops and we have a last chat before saying bye-bye.
The large valley of the Makarora River –on our left- becomes narrower. As the road starts to climb through the forest Sanaz tries to hitchhike. She is quickly saved by a campervan passing by. It is an American family, Teresa, Mike and their young son Nico. They have a bicycle rack at the rear so it is easy for them to take her! She will spend the rest of the day with them.
Walking to the nearby Blue Pools for example.
I carry on alone. The scenery is absolutely beautiful.
I cycle through the Cameron Flat and Davis Flat before it goes steadily steep for 3,5 km with the last km being even steeper until the Haast Pass (alt = 563m). It is the lowest pass to/from the West Coast over the Southern Alps.
It is 12.38pm when I am officially in the West Coast region, having left Otago region behind me.
The sign indicates 63km left until Haast town.
I cycle and stop sometimes to see the different waterfalls:
– Fantail Falls around 1.30pm. Those falls produced the energy for the compressors which helped build the highway in the 1930s!
Thunder Creek Falls at 2.15pm; 96m high!
After that I arrive in Pleasant Flats. Far in the end of the valley I can see the top of Mount Cook with snow. It is extraordinary! I am now cycling along the Haast River.
I go to see the Roaring Billy Falls at 4.30pm.
Apart of those major waterfalls there are plenty smaller just beside the road, on the ferns!
Many little bridges pass over the creeks on the way. There is very few traffic. This place is so remote. Almost only tourist drive over here!
I arrive in Haast after dark, at 6.30pm, after cycling 83km. Sanaz was having a beer with her new friends! She shows me the few pictures she took this day!

  • Day 303 (Friday 4.22)
    Haast -> Franz Josef (camping van 144 km)

Today, we are invited to travel with Teresa, Mike and their young son Nico onboard of their camping van. This will help us move faster and visit a Glacier with them. Moreover they are really friendly and Sanaz has fun with Nico who accepted her in his secret club!
We leave just before 12.30pm when Mike, a keen cyclist who travels with his road bicycle, returns from a 100km road cycling tour to Jackson Bay.

We travel up the narrow West Coast corridor, sea to the West, mountains just a backdrop to the East. We go through dense rain forests, passing river flats, dark still lakes, isolated farms and tiny settlements. Occasionally we touch the coast with the seascapes. We stop at one, Bruce Bay after 1 hour driving, around 1.30pm.
It is a quiet and long dark sand beach with many pieces of wood. Tourists have created a heap of white pebbles, we contribute to it!
We even see a dolphin swimming near the shore.

Before 3pm we arrive at Fox Glacier where we will hike until the end of the track, to observe the Glacier, named since 1872 after the then First Minister of NZ. It is stunning, despite the fog.
There is a viewing platform with safety barriers and many signs reminding that it is forbidden to cross them. Indeed some tourists have been killed by ice in the past…

We arrive at Franz Josef Village, near the other famous Glacier of the region around 5.30pm.
We leave our travel companions of the day, who dropped us at the YHA. It was fun to spend the day with them!

  • Day 304 (Saturday 4.23)
    Day off in Franz Josef (0 km)

Some heavy rain showers keep falling in the morning and finish at last after noon.
The hostel is fully booked so we cross the street and take a room in another one, just opposite of the YHA!
We rest during this day and go visit the West Coast Wildlife Center. It is a quick self-guided indoor tour with some informations about kiwi birds at first, then we can enter a dark room where we can see 2 Rowis, the world’s rarest kiwis, with just 450 left! They are usually active during night time therefore it is very dark. It is amazing to be so close from such rare animals.
Those we see are young and will be released in the nature in a few months, when they will be less likely to be caught by some predators such as stoats, cats, dogs, ferrets but mostly possums, considered as a pest in NZ, although protected in Australia.

  • Day 305 (Sunday 4.24)
    Franz Josef -> Hari Hari (66 km)

After a quick sauna, something apparently commonly offered in local hostels, we leave after 10am but lose time as my bicyle computer doesn’t work anymore and my stand brakes, a bad start!
The weather is really nice, with sunshine over the snowy mountains behind us.
The first 32km are with gentle gradients until Whataroa as the road travels past Lake Mapourika and Lake Wahapo. Then 2kms of small hills through Whataroa scenic Reserve and some flat before the Mount Hercules, the major hill between Franz Josef and Greymouth, our target for the next day. Narrow and twisting, it goes 185m up during 4 kilometers.
After this effort, we have a relaxing 3 km descent and arrive at Hari Hari just before 5pm and just before the rain falls again, good timing!

  • Day 306 (Monday 4.25)
    Hari Hari -> Hokitika (77 km)

Today is exactly 10 months that I started my trip. It is also a special day here in NZ as it is ANZAC day, celebrating the day that Australian and NZ Army Corps entered WW1 and most of all a day to remember all those who never returned and sacrificed in Europe… This conflict was the 1st which involved both Oz and NZ armies. And the casualties were quite high, especially on the Galipolli battle against Ottomans.
After buying some pies and cakes at the local dairy of Hari Hari, we leave before 11am towards North. Following the state highway SH6.
We will cross many rivers, flowing from the Alps into the ocean. The Wanganui, the Waitaha, the Kakapotahi, the Mikonui rivers are to be seen. Almost each of them has its scenic reserve.
Indeed we are cycling through a beautiful natural area, mainly rainforest.
We are lucky as the wind is tailwind. It seems to be the dominant wind as we see many trees that have fallen down in this direction. Or some still standing but with very inclined branches!
We have a snack break at the rest area of Lake Ianthe, after 17km.
A nice little fishing lake for salmon and trout. With the noxious rudd fish, no idea what that is exactly but seems terrible from the signs we can read about it!
Just after this lake, the serious things are starting. The main climb of the day, a rather challenging +110m climb and some more over the next 10km.
In Pukekura, at 1pm, after 25km and enough uphills we have lunch. Just in front of a lovely lodge where the owners would even allow us to use the kitchen
I befriend some animals, a goat and a dog…
After lunch the road goes more downhill. We even come across a fellow cycle tourist, who doesn’t stop for a chat. A behavior that is always disappointing to me.
After 3pm we make it out of the forest and arrive on some flats near the Tasman Sea.
A few kilometers later, after 46km we reach the gold town of Ross, where we have a break.
Then we carry on for the last kilometers.
Just before Lake Mahinapua we feel some rain drops coming from the sea. We pedal more than 20km/h average thanks to the flat road and heavy tailwind.
At 5.40pm, just before sun sets, we enter the town of Hokitika, birthplace of “pounamu”, better known as greenstone or jade. Apart of jade there can also be found gold. The gold rush since 1864 led to a population explosion from 300 to 30’000!
After some shopping we are welcomed by our host Kevin. We share a dinner that he prepared and ANZAC cookies that Sanaz made. The best day for these cookies!

  • Day 307 (Tuesday 4.26)
    Day off in Hokitika (7 km)

The sky is clear and then grey, again and again today. The rain has stopped more or less. A good opportunity, after some shopping in town, to go kayaking. Our host Kevin offers to drive us to Lake Kaniere, about 15 km South-East out of town and I can borrow his one seat kayak and use it during 1 hour. I am the only one on the lake, it feels very peaceful. Meanwhile he goes for a little cycling tour and Sanaz relaxes inside the car!
Kevin is an interesting and generous person. He likes to share about things, like dairy industry for which he worked during his career or life-saving of lost trampers, which he did as well.

  • Day 308 (Wednesday 4.27)
    Hokitika
    -> Greymouth (48 km)

Today is again a quite short leg and it should be very flat, so we leave Hokitika only after 1pm and cycle towards North on the main road, still the SH6, the so-called Great Coast Road.
30 minutes after departure, we are overtaken by a police car which stops ahead of us. I wonder why and I think it might be for us… Indeed as we arrive at the car, the police officer comes out of his vehicle and asks us to stop. He comes to me and asks why I have a branch on the back of my bicycle. I tell him it is for safety, to ensure cars respect a minimum distance when overtaking me. He says it is dangerous and takes something to measure it and asks not to carry it the way I do! We have an argument as I don’t see how a single bicycle could represent any danger to a car! Apparently he really wants to annoy me/us and asks for my passport, which I have to give him. He takes the details and gives it back to me, then leaves us. I am really pissed off that a policeman has nothing better to do than annoy cycle tourists!
We carry on anyway.
We cross the Taramakau River Bridge after 3pm. This is the last remaining combined road-rail bridge of the South Island. We pay attention not to fall because of the rails as we have seen a video of cyclists who did!
Half way, after Kumara junction, we can leave the main road and follow the West Coast Wilderness Trail, a quite new track, opened in November 2013.

We enter Greymouth, the West Coast’s largest town, in its harbor, at the mouth of the Grey river, hence the name of the city.
We head towards the major local brewery: Montheith’s. We arrive just before a tour starts, so we can join the small group. It is quite interesting, especially for Sanaz who never did such tour! We have some tasting at the end of the tour!
Then we go shopping a bit and arrive at our host, Duncan, who lives in a house on top of the city. Beautiful view from his windows, but a really tough climb before his place! Impossible to cycle it with our fully-loaded machines!
IN the evening, we cook a dinner and share a bit with him, especially about AUDAX cycling, a kind of cycling which he is into, especially on recumbent bicycles, which he owns many!

  • Day 309 (Thursday 4.28)
    Greymouth -> Punakaiki (57 km)

Apart of some uphill when we leave Greymouth the first 12 km are fairly easy, until reaching the coast again at Rapahoe, around 12.30pm. The view over the Tasman Sea is spectacular from there. And it will remain so until Punakaiki.
We are almost in the middle of nowhere as could tell us a sign that said “No fuel station for 90 km”!
We are following the “Great Coast Road”, one of the top 10 coastal drives in the world according to Lonely Planet. It takes us alongside the Paparoa National Park.
We must cycle some fairly long climbs & descents during 14km as the road negotiates some bluffs. We have lunch in the middle of those difficulties at 1.30pm on a quiet nick-pick area.
After a last creek the road goes inland and becomes easy again. We cycle another 20km and arrive at Punakaiki at 4pm. We have to cycle 30 mins until the end of the township where stands the YHA, a retreat of several bungalows almost isolated in the rainforest!
After checking in, we cycle back to go and see the Pancake Rocks, a 30 million year old limestone formation with impressive blowholes which are best viewed at high tide. Unfortunately we missed high tide which was in early afternoon. Sanaz can go see them the next day but the tide will not be high enough to make something strong.
The night has fallen, so on the way back we also stop at the cavern, a large cave where we can see some glow-worms!

  • Day 310 (Friday 4.29)
    Punakaiki -> Westport (57 km)

In the morning we walk on the Truman Track. It is a short easy walking path through the rain forest. We find many native NZ trees including rata, matai, rimu and nikau palms. Native birds including tui, bellbirds, kereru and weka can be heard and we even see a weka!
Within a few minutes in the forest, it emerges into the open, with dense flax bushes and we arrive at Truman beach, a breathtaking coastline. The waves have shaped the rock and created something really picturesque.

After noon, I cycle alone, again.
The road undulates along the coast for the first 15km, apart from a steep 2km climb and similar 2km drop to cross the bluffs of Perpendicular Point, just after Punakaiki. These bluffs are really impressive.
At Hatters Bay, 1 hour after I started I can see that this region is home to the world’s smallest penguin, the blue penguin. There are many signs warning about it or fences installed along the road to prevent them being hit by cars, but I can’t see any as they come mainly at dusk or dawn.
Before 3pm I pass by the tiny settlement of Charleston, once another prosperous gold mining town.
The road mostly undulates from there to Westport, apart from Costello Hill.
I arrive in Westport, the second largest town of the West Coast, after 4pm.
I arrive at our hostel where Sanaz booked in already.

  • Day 311 (Saturday 4.30)
    Day off in Westport (77 km)

In the morning we meet Bruce in his 4WD in front of our hostel. This will be our guide and we go with him to do rafting on the river Buller rated Grade 3 or 4, depending on the rain.
He accepted to pick us up as we have no mean of transport to get to the usual meeting point an iron bridge with a parking.
After 40 minutes driving, we arrive there at 10am and meet the 4 other teammates joining us on the boat. It is Matthias from Germany, a young German couple and an American girl.
After dressing in watertight suits and listening to the safety instruction, we can go on the river at 10.45am.
For about 2 hours of fun in the so-called “Earthquake rapids”, due to the major earthquake of 1929 that caused thousands of landslides, some of them creating boulders that blocked the river.
At one point, we can challenge ourselves in the “swim” rapid. But we only do it once because the water is really cold! Otherwise, we can enjoy about 10 rapids, some of them really shaking the boat and making us totally wet!
We all like this experience, despite having been attacked by many many sand flies, a real pest in the South Island and moreover in this region!
We have a cake and a cup of tea or coffee after and drive back to Westport with Bruce.

In the afternoon we want to go to the seal colony at Cape Fouldwind.
It is though 17km out of town and we don’t want to cycle in and return. We decide to try to get there by hitchhiking. It works luckily as Laureen and John take us and go visit with us before a storm starts. Laureen is also kind enough to drive us back until our hostel.

  • Day 312 (Sunday 5.01)
    Westport
    -> Murchison (77 km)

The weather is really crap on this Sunday.
I cycle alone, the stages of today and tomorrow are quite difficult and long.
On the road I come across the 4WD of Bruce, our rafting guide from the day before. We greet each other with a wave!
The road goes through the Buller Gorge, along the river Buller, one of NZ longest rivers, with a length of 170km.

After nightfall, I arrive at my host, Bob, who is taking a bath in a bathtub in his garden!
He built his own house in the middle of nowhere, it’s pretty surreal, but fun! We share our adventures around pasta that he cooked.

  • Day 313 (Monday 5.02)
    Murchison
    -> Nelson (149 km)

I get up early and take my time, waiting that the rain hopefully stops.
It gets lighter around 10am when I leave.
After 1 km I pass the swing bridge over the river. The road keeps undulating in the meanders of the Buller river.
After 17 km, at noon, I arrive in Murchison, another town that was born of gold fever last century. Reminders of its past can be found in its early colonial architecture.
As is the restaurant where I stop to buy a sandwich.
I cycle under the rain and have a lunch break after 2.30pm at the Owen River Tavern, before another ascent.
The road keeps going steeper and steeper. It is even harder than the day before! I have to climb until the top of the main difficulty, the Hope Saddle (alt=634m).
I pass it after 5.30pm. The sign indicates 50 km until Nelson…
The road then goes downhill for many kilometers until the next difficulty, the Spooner’s Saddle (alt = 462m).
I had been told about a newly opened tunnel with a cycling trail to skip it but couldn’t find it.
I keep cycling in the dark and I enter Wakefield, the first city of Nelson urban area around.
From now on, the road is flat and straight.
On a cycling path a few kilometers before arriving in Nelson I have a last puncture at 9.30pm!. I spend 30 minutes repairing it. A local cyclist stops by and helps me kindly with his light. I arrive at the Nelson YHA after 10pm, and 149km and a bit exhausted!

  • Days 314- 315 (Tuesday & Wednesday 5.03&04)
    Days off in Nelson (0 km)

We wanted to go to the beautiful National Park Abel Tasman but the weather is not good.
Too bad we can’t do kayaking in the translucent water and amid the sea lions or walk through the rain forest and beaches of fine sand.
We stay in Nelson that we visit. The city has much to offer, a street of vintage homes for example, or the beautiful Anglican cathedral. The botanical garden is also beautiful with a small Chinese garden!

  • Day 316 (Thursday 5.05)
    Nelson -> Picton (113 km)

I mounted a brand new Schwalbe Marathon Plus tire on my back wheel to replace my Schwalbe Marathon Mondial which helped me pedal 13’000 km from France until Nelson, NZ. Not bad even if I expected it to last until the end of my trip to Auckland.
Well, hopefully I won’t have any puncture for my last cycling day on the South Island from Nelson until Picton.
Over 100 km and (again) a lot of uphill.
The weather today doesn’t look like it will help improve the local sunshine record! « Should be clearing by the end of the morning » says the radio… Wait and see!

At first, the road out of Nelson is mostly flat, along the Tasman Bay over 9 km and 3 km inland. I climb the “Gentle Annie” (alt=90m), 1km long, at 1pm, 1st hill of the day.
The Happy Valley is indicated to my left, but I keep cycling straight towards the Whangamoa Saddle, a much higher hill. The road goes steep and winding through the mountains and forest.
I arrive on top (alt=357m) after 2pm and 25km.
The road goes down and up again towards the Rai Saddle. I arrive on top (alt=247m) at 2.30pm after 43km after struggling on the last 2km which are very steep!
The hardest part is over, the road will go downhill and flat for a while, over the next 27km.
I have a snack break in Rai village before 4pm. Then I cycle through the quiet Rai valley.
I arrive in Havelock before 5.30pm. It is the alleged “greenshell mussels capital of the world” says the welcome sign! Some shops are decorated with giant greenshell mussels, it is quite funny!
I chose the scenic route along the coast and along Queen Charlotte Sound to cycle to Picton.
Another hill to cycle is Cullen Point (alt=102m), just after Havelock.
A lookout offers a great view over the Pelorus river and the fishing village.
I keep cycling for the last 30km, most of it in darkness. The road goes straight through Linkwater, between 2 arms, then gets quite narrow and winding, along the coast of the Queen Charlotte Sound over the last 15km. A last climb (alt=144m) and I arrive at our backpackers in Picton late in the evening, but not too late to taste the apple crumble that the hostel offers to its guests!
After dinner we have a surprise: Matthias who did rafting with us a few days earlier just arrived and sleeps in the same dorm as us!

NEXT PART OF THE TRIP IS HERE

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s