29/7-11/8 (d.35-48) Greece

J035-J048 - Grèce.jpg

1 - drapeau France
Jour 035 (mercredi 29/7)

Saranda -> Corfou (ferry 30 km)
Corfou -> Agios Gordios  (18 km)

La journée commence avec le ferry express vers l’île de Corfou.20150729_091139_pano Départ peu après 9h du matin. Le capitaine a l’air sympa, il accepte de prendre une photo avec moi avant de partir!20150729_091039
Après 45 minutes de traversée à bord d’un « petit » ferry (capacité de 138 sièges) pour passagers sans véhicule, j’arrive en Grèce, sur l’île de Corfou et dans la ville principale de l’île… Corfou!
Première frontière maritime du voyage et premier fuseau horaire (je perds une heure).
Je pédale quelques centaines de mètres pour sortir du terminal des ferries et me pose à une terrasse pour grignoter.
A peine installé et commandé qu’un accident de la circulation se produit derrière moi.20150729_114128.jpg
En effet, un scooter a voulu faire demi-tour au niveau d’un terre-plein central en traversant une ligne blanche et vient de se faire percuter par une voiture arrivant en sens inverse. Le patron du café sort de suite et hurle. Ce n’est pas clair qui il engueule, le conducteur du scooter qui n’a pas respecté le code de la route à cet endroit -où visiblement de nombreux autres font comme lui- ou bien le chauffeur du véhicule qui n’a pu éviter l’accident!
Je serai vigilant en Grèce. Et d’ailleurs je n’y roulerai pas beaucoup à vélo. Je verrai de nombreux monuments au bord de la route, des mini-églises orthodoxes. Pour chaque mort sur la route une est installée à l’endroit du drame…
Une fois l’atmosphère plus calme, et tandis que la police constate l’accident et dégage le scooter, je me fais traduire quelques mots de base en Grec sur un papier.20150729_125814_Pano.jpg
Après avoir un peu visité le centre touristique de Corfou, je repars à vélo direction l’hôtel qu’on m’a conseillé : le Pink Palace.
Je croise quelques calèches tractées par des chevaux, destinées aux touristes « normaux » !
S’orienter en Grèce n’est pas forcément évident.

20150729_140009.jpgEn dehors de la ville, diverses routes maillent l’île et les panneaux indiquent plein de directions, heureusement qu’ils ne sont pas uniquement en alphabet cyrillique. Je ne me perds pas trop et après de belles côtes, j’arrive enfin.20150729_144804_Pano.jpg20150729_195054.jpg

Jour 036 (jeudi 30/7)
Agios Gordios -> Corfou (18 km)
Corfou -> Igoumenitsa (ferry 38 km)

20150729_165551.jpgAprès un repos appréciable à la plage, retour au port de Corfou.20150730_194939_HDR.jpg
Traversée vers la Grèce continentale à bord d’un gros ferry.20150730_205523.jpg 20150730_213326_Pano.jpg
Puis nouveau mode de transport : le bus, premier sur 21 trajets en bus sur l’ensemble du voyage!
Gros stress à Corfou au terminal des bus en voyant le nombre de passagers.
Après avoir dû insister avec le bagagiste, il reste au final juste assez de place en soute pour mon vélo. Direction le Péloponnèse, de nuit.20150730_224554.jpg
Dommage, je dormirai profondément au moment de traverser le pont haubané Rion-Antirion…

 

Jour 037 (vendredi 31/7)
Igoumenitsa -> Patras -> Pyrgos (bus 389 km) -> Kalamata (127 km)

Après avoir changé pour un second bus à 5 h du matin à Patras j’arrive à Pyrgos vers 7h du matin.20150731_052125.jpg
Avec le changement d’1h30 et un bus peu confortable j’ai mal dormi…
Je repars néanmoins à vélo direction Kalamata, au sud du Péloponnèse, une ville connue pour ses olives et ses plages. Deuxième plus grande ville du Péloponnèse avec 57’000 habitants, elle fut victime d’un tremblement de terre mortel en 1986.

La route est bonne, sans trop de trafic, tôt le matin.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le long de la route, je vois beaucoup de petites églises orthodoxes. Certainement des monuments à chaque accident mortel de la route…
Je passe non loin du mont Olympe.
Vers 10h j’arrive à retirer du liquide d’un distributeur. J’appréhendais un peu vu la situation des banques en Grèce…20150731_115604.jpg
Après 53 km sur la route 9, à Kalo Nero je fais une pause de midi avec un bon sandwich et une grande boisson fraîche.20150731_121037_Pano.jpg Je bifurque ensuite sur la E55. Puis sur une route secondaire vers Messini. Je traverse de nombreux champs d’oliviers. 20150731_134243.jpg20150731_144548.jpg

Vers 18h, après 127 km j’arrive à la plage de Kalamata où je retrouve des amis.
Je monte ma tente au camping, non loin.20150731_182428_Pano.jpg
Puis, avant le coucher de soleil, très joli sur la mer, nous allons vers une plage pour une full-moon party.20150731_202828.jpg
Il y a beaucoup de monde sur cette plage de galets, 10 km à l’écart de la ville.
Les gens peuvent acheter des boissons au Hobo Beach Bar et écouter de la musique électro des DJ.
Je suis si fatigué que je m’endors sur la plage de galets, ce qui ne fera pas de bien à mon dos…
Retour au camping vers 3h du matin, à vélo!
Jour 038 (samedi 01/8)
Kalamata -> Athènes (13 km) (bus 228 km)

Journée au camping entrecoupée d’averses.20150801_165321_pano
20150801_201434.jpg20150801_203513.jpgJe décide de quitter Kalamata et de rejoindre Athènes en bus.20150801_222349.jpg
20150802_021736.jpg

Le bus part à 22h30. Il arrive à Athènes tard dans la nuit, à 1h40 du matin, après 230 km de route!
J’ai prévenu mon hôte qui accepte que j’arrive si tard.
Kostas, un trentenaire grec qui travaille dans la bijouterie et la modélisation 3D, va m’héberger dans son appartement pour une durée indéterminée jusqu’à que j’obtienne mon premier visa, pour l’Azerbaïdjan. Une hospitalité tout à fait appréciable et généreuse de sa part, sachant que cela durera 10 jours et 10 nuits!
Jours 039 à 047 (dimanche 02/8 à lundi 10/8)
Jours de pause à Athènes

Je profite qu’Athènes soit une grande capitale et que donc elle héberge des ambassades pour faire ma première demande de visa. Le premier pays pour lequel j’ai besoin d’un visa est l’Azerbaïdjan car j’y reste plus de 3 jours.
Pas forcément le pays le plus touristique ni le plus connu, mais un pays qui s’ouvre.
Pour preuve, le pays vient juste d’organiser les premiers Jeux Européens en Juin 2015. Il sponsorise également des clubs de football comme l’Athlético de Madrid ou le Racing Club de Lens.
Son ambassade n’est ouverte que 2 jours par semaine, seulement 3 heures par jour, les mardis et jeudis matins.
Suite à des problèmes bancaires je ne peux faire le virement à temps pour le mardi 04/8. Je résous ces problèmes, fais mon virement des 35 € de frais de visa et réussit à déposer ma demande le jeudi 06/08. Mon visa touristique sera accordé et prêt dès le mardi suivant, le 11/08.

Je profite donc de ces jours de pause « forcée » pour soigner mon dos qui n’a pas trop supporté toutes ces heures de trajet (de nuit) en bus, ni d’avoir dormi sur une plage de galets… Je prendrai de nombreux antalgiques.
J’en profite évidemment aussi pour visiter Athènes et ses proches environs.
Seul ou avec Kostas je découvre le centre historique, le parlement, les abords du Parthénon, les plages de la ville, les bars où les matches qualificatifs de la Champion’s League du Panathinaïkos sont projetés, etc…
Athènes est une jolie ville, finalement plutôt calme selon moi. Comme à Paris, sa population doit la fuir en été. Et la crise ne doit pas contribuer à la rendre vivante non plus.

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Jour 048 (mardi 11/8)
Athènes -> Thessalonique (24 km) (bus 477 km)

Mon visa est prêt. Je vais à l’ambassade pour récupérer mon passeport.20150811_120414.jpg
Je rentre en début d’après-midi et prépare mes affaires pour repartir vers Thessalonique, en bus.
J’ai bien fait de réserver ma place dans le bus car il est plein.20150811_200040.jpg
En effet, c’est une période sainte pour les orthodoxes, la dormition de la vierge Marie et à cette occasion il y a plusieurs jours fériés pendant lesquels les Grecs se retrouvent en famille.
Mon hôte Kostas en profite pour rentrer à Thessalonique et c’est chez sa mère que je serai hébergé ce mardi avec lui.
Le bus quitte Athènes à l’heure, à 18h. Il suit l’autoroute principale E75. Il arrive peu après minuit au terminal de bus de Thessalonique.20150812_000837_Pano.jpg

Je roule alors à vélo vers le centre-ville, en longeant le bord de mer où il y a une piste cyclable sympa qui passe près de la tour blanche, construite par les Ottomans.20150812_010824.jpg
C’est non loin de cette tour que je retrouve d’ailleurs Kostas et son ami.
Après avoir déposé mes affaires à l’appartement, nous nous baladons en ville avant de nous coucher tard.20150812_015317.jpg La nuit sera courte car je repars le lendemain matin en bus direction la Turquie.


GB

Day 035 (Wednesday 7.29)
Saranda -> Corfou (ferry 30 km)
Corfou -> Agios Gordios (18 km)

The day begins with the express ferry to the island of Corfu. Leaving short after 9am.
The captain looks nice, he agrees to take a picture with me before to go!
After 45 minutes of a cruise on board of a « small » ferry (capacity 138 seats) for foot passengers, I arrive in Greece on the island of Corfu in the main town of the island … Corfu!
First maritime border of the trip and first time zone (I lose one hour).
I pedal a few hundred meters off the ferry terminal and sit down on a terrace to grab a snack.
Just after being installed and having ordered, a traffic accident occurs behind me.
Indeed, a scooter wanted to turn around at a median crossing a white line and just got hit by an oncoming car. The owner of the Coffee shop comes forth and screams. It is not clear who he yells at: the driver of the scooter who did not respect the driving rules of this place -where obviously many others do like him- or the driver of the vehicle that could not avoid the accident!
I will be vigilant in Greece. And anyway I will not ride much by bike in this country.
I see many monuments along the road, mini Orthodox churches. For every death on the road one is installed at the site of the tragedy…
Once the atmosphere gets calmer, and while police assess the accident and release the scooter, I’m translating some basic words in Greek on a paper.
After a little tour in the touristic center of Corfu, I leave the city, cycling towards the hotel I was recommended: the Pink Palace.
I meet some horse-drawn carriages for tourists on the way, « normal »!
Navigating in Greece is not necessarily easy. Outside of the city, various roads network over the island and the signs showing plenty of directions, luckily they are not only in Cyrillic alphabet. I don’t get lost too much and after beautiful coast, I finally arrive.
Day 036 (Thursday 7.30)
Agios Gordios -> Corfu (18 km)
Corfu -> Igoumenitsa (ferry 38 km)

After a relaxing break on the beach, back to the harbour of Corfu.
Cruise to mainland Greece on board of a large ferry.
Then a new transport mode : the bus, first of 21 bus journeys over the whole trip!
Big stress in Corfu at the bus terminal as I see the many passengers.
After insisting with the porter, there is finally just enough cargo space for my bike.
Let’s head towards Peloponnese, overnight.
Pity, I’ll be sleeping deeply when crossing the suspension bridge Rion-Antirion …

Day 037 (Friday 7.31)
Igoumenitsa -> Patras -> Pyrgos (bus 389 km) -> Kalamata (127 km)

After changing for a second bus at 5 am in Patras I arrive at Pyrgos around 7am.
With the change during 1h30 and the poorly comfortable bus I have not slept well…
Nevertheless I cycle again towards Kalamata in the southern Peloponnese, famous for its olives and beaches. Second biggest city of Pelopponese, it endured a deadly earthquake in 1986.
The road is good, without too much traffic, early in the morning. Along the road, I see a lot of small Orthodox churches. Certainly monuments for each fatal road accident …
I pass near Mount Olympus.
Around 10 am I can withdraw cash from an ATM. I was a bit worried given the situation of the banks in Greece…
After 53 km on Route 9, at Kalo Nero I have a lunch break with a good sandwich and a big cold drink. I then turn off on the E55. Then a minor road to Messini. I cross many olive groves. Around 6 pm, after 127 km I arrive at the beach of Kalamata where I meet friends.
I pitch my tent at the nearby campsite.
Then, before the sunset, beautiful over the sea, we go to a beach for a full-moon party.
There are many people on this pebble beach, 10 km out of town.
People can buy drinks at the Beach Bar Hobo and listen to the electronic music of the DJs.
I’m so tired that I fall asleep on the pebble beach, which won’t be good for my back…
Back at the campsite around 3 am, by bicycle!


Day 038 (Saturday 8.01)

Kalamata -> Athens (13 km) (bus 228 km)

Day at camping interrupted with rain showers.
I decide to leave Kalamata for Athens by bus.
The bus leaves at 10.30pm. It arrives in Athens late at night, at 1.40 am, after 230 km on the road!
I noticed my host who accepted that I arrive so late.
Kostas, a Greek in his thirties, who works in jewelry and 3D modeling, will host me in his apartment for an indefinite time until I get my first visa for Azerbaijan. Quite a generous and appreciated hospitality from him, considering that it will last 10 days and 10 nights!


Days 039 to 047 (Sunday 8.02 to Monday 8.10)

Days off in Athens

I take advantage that Athens is a big capital and that therefore it hosts some embassies to make my first visa application. The first country for which I need a visa is Azerbaijan because I will stay there longer than 3 days.
Not necessarily the most touristic or best known country, but a country that opens.
As a proof, the country just to hosted the first European Games in June 2015. It also sponsors some football clubs such as Athletico Madrid or Racing Club de Lens.
Its embassy is only open 2 days a week, only 3 hours per day, Tuesday and Thursday mornings.
Due to banking problems I can’t make the money transfer on time for Tuesday the 4th. I solve these problems and manage to drop my application on Thursday the 6th. My tourist visa will be granted and ready by the next Tuesday, the 11th.

I therefore take these ‘forced’ days off to cure my back which didn’t stand all these (night) bus journeys, or having slept on a pebble beach… I will take many analgesics.
I obviously also visit Athens and its surroundings.
Alone or with Kostas I discover the historic center, the parliament, the area around the Parthenon, the beaches of the city, bars where the qualifiers of the Champions League Panathinaïkos are projected, etc…
Athens is a pretty town, finally rather quiet in my opinion. As in Paris, its population must flee the summer. And the crisis must not contribute to make it more alive either.


Day 048 (Tuesday 8.11)

Athens -> Saloniki (24 km) (bus 477 km)

My visa is ready. I go to the embassy to get my passport.
I come back early in the afternoon and pack my belongings to leave to Thessaloniki by bus.
I am glad I booked my seat on the bus because it is full.
Indeed, it is a holy period for the Orthodox, the Dormition of the Virgin Mary and on this occasion there are several holidays on which the Greeks gather among family.
My host Kostas takes this opportunity to return to Thessaloniki and it is at her mother that I’ll be hosted on Tuesday with him.
The bus leaves Athens on time, at 6pm. It follows the main E75 highway. It arrives shortly after midnight at the Thessaloniki bus terminal. I then cycle towards the city center along the seafront where there is a nice bike path that passes near the White Tower, built by the Ottomans.
It is not far from this tower that I meet Kostas and his friend.
After dropping my things at the apartment, we hang around in town before going to bed late. The night will be short because I’m leaving in the morning by bus towards Turkey.

20150730_194939_HDR.jpg20150731_052125.jpg

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s